"Actes de naissance" :

      état des lieux suite au COVID

• En 2017, pour rappel, nous apprenions et faisions le constat désolant qu’un quart des élèves de nos écoles était sans identité administrative car non déclarés à la naissance. Bloqués en fin de CM2, sans diplôme de fin de cycle, ils se voyaient obligés d’abandonner l’école. Ces enfants travaillent alors aux champs pour le restant de leur vie tout en sachant lire et écrire, pendant que d’autres élèves poursuivent leurs études en apprentissage, au collège, au lycée, à l’université… 

• En 2018, nous avons mis en place, dans les 5 villages que nous soutenons, une collecte de fonds « SOS Actes de Naissance » accompagnée d’une campagne de sensibilisation sur le modèle d’ONG de renommées. Nous avons pu offrir 750 jugements supplétifs (12€) aux élèves et à leurs parents sans carte d’identité. Ce fut une belle victoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

• En 2019, les nouvelles naissances ont été enfin enregistrées à l’État civil au fur et à mesure. 

• En 2020, à notre grand désespoir, les paysans n’ont pas déclaré les nouveaux nés par peur du virus… 

• En 2021, nous avons pérennisé notre campagne « SOS Actes de Naissance » : recenser les bébés nés durant la crise sanitaire et non déclarés, relancer le processus de déclaration, encourager, sensibiliser, informer et faciliter la participation des villageois aux audiences foraines organisées par la justice. Maintenant, tous les nouveaux nés après notre campagne de sensibilisation de 2018 ont été déclarés. Le retard pris est rattrapé. 

Par contre, il s’avère que les mouvements de population vers les villages concernés amènent des bébés, des élèves et des adultes sans identité administrative…  « SOS pour l’Afrique » a choisi en avril 2021, par souci de cohérence avec ses actions sur le terrain et afin de consolider ses projets dans le domaine de l’éducation de financer

184 actes de naissance supplétifs pour les nouveaux arrivants des 5 villages.

SOS acte de naissance.png

• Au Togo, de nombreux citoyens ne possèdent aucun papier d’identité ; à fortiori, les enfants nés de parents analphabètes qui ne perçoivent pas l’importance de cette démarche.   


Dans les villages les femmes accouchent chez elles sans personnel de santé pour attester de la naissance par écrit. Les parents doivent déclarer la naissance dans une mairie dans un délai de 45 jours, au coût de 2€, ce qui est rarement effectué par méconnaissance. Au-delà, il faut faire établir un jugement supplétif tenant lieu d’acte de naissance,

au coût de 12€, ce qui est encore moins fait.

PROJET :

Actes de naissance :

184 jugements supplétifs

Financement : SOS pour l’Afrique avec

Gabriel, Etienne et Daniel

que nous remercions.

Troupeau porcherie avril 2021 :

3 truies, 1 verra, 7 porcelets, 5 porcins.

Activités :

• Janvier à avril 2021 :

recensement, relance, sensibilisation

• Mai à juin 2021 :

démarches administratives,

remise des 184 actes de naissances

jugement Yotogodo.jpg
Réunion naissance Atratsa.png

Réunion à Atrasta : 

sensibiliser,

informer, 

encourager et

relancer

Doter les enfants "d'une identité cultivée" pour la vie.

Gabriel

actes1_edited.jpg
planche4.jpg
planche3.jpg